Le financement participatif

Pour aider de jeunes entreprises à se développer aux 4 coins du monde, des artisans, des entreprises locales ou pour faire naître des innovations, les banques ne suffisent plus. En quelques clics seulement, il est désormais possible à quiconque d’aider à financer ces « startup » qui peinent à démarrer mais dont la croissance promet d’exister.

Les différentes possibilités de financement participatif

Il existe trois formes de financement participatif, le don contre don, le prêt et l’actionnariat.

Un actionnaire peut participer activement à la vie de l’entreprise. Qu’il soit ou non nommé décisionnaire, peu importe sa place au sein de la société, ses droits sont identiques aux autres membres. Il a donc accès aux informations de l’entreprise, le droit de vote et le droit aux dividendes.
D’autres feront un don pour des artistes, des écrivains, auteurs… Et recevront en échange des cd, livres, places de concerts… Chacun y trouve un intérêt « commun ».

Infographie crowdfunding

Investir Startup ou PME « éligibles »

Etant d’une part sécurisés, les sites proposant ce type d’investissement mettent en avant des entreprises dites « éligibles ». Ces startup ou PME ont été au préalable minutieusement scrutées, faisant l’objet de nombreux critères sélectifs. Ensuite, sous forme de « jury », les membres étudieront s’il existe ou non un intérêt de faire connaître ces entreprises. Ensemble, ils donneront leur accord pour que la ou les entreprises paraissent sur le site internet et débutent leur levée de fonds.

IR (Indemnités sur les revenus) et ISF (Indemnités sur la fortune) PME

Le ticket d’entrée de ce financement participatif est d’environ 1000 euros sur des startup ou PME en pleine expansion, sans aucunes conditions ou autres participations financières telles qu’un abonnement ou encore des frais de dossiers ou de gestion.

L’IR PME permet aux redevables de déduire 18% des sommes investies, ce qui équivaut à une réduction fiscale maximale de 9000 euros.

L’ISF PME permet aux redevables de l’ISF de déduire 50% des sommes investies, ce qui équivaut à une réduction maximale de 45000 euros.

Pour un couple d’investisseurs mariés ou pacsés qui investissent à part égales, les réductions fiscales sont donc doublées passant de 9000 à 18000 euros en IR et de 45000 à 90000 euros en ISF pour 2013.

Investir stratup ou PME, c’est prendre conscience d’un projet, de sa valeur « financière », de sa capacité à évoluer, à grandir, sans compter son intérêt pour la société et les emplois qu’il génère.

 


Faites connaitre Premier Business :
Vous pouvez laisser une réponse, ou faire un trackback depuis votre site.
Powered by WordPress | Designed by: WordPress Themes Directory | Thanks to Free WP Themes, Find Free WordPress Themes